Zéro déchet

CUISINER DES PRODUITS BRUTS

28 novembre 2018

Cuisiner des produits bruts c’est facile. Mythe ou réalité ?

Mais qu’est-ce donc qu’un produit brut ? Il s’agit tout simplement un produit venant des arbres ou de la terre, et qui est par conséquent tout ce qu’il y a de plus naturel. De ces produits naturels, on peut cuisiner une multitude de choses, sans avoir besoin de 150 ingrédients, ni de poser 4 jours de RTT.
Il faut également savoir qu’il existe cinq gammes d’aliments industriels, et que les produits bruts font partis de la première gamme.

Alors, on ne va pas se mentir, nous sommes dans une ère où tout doit aller vite, et où l’on a le temps pour rien, et encore moins quand il s’agit de cuisiner. Enfermé dans notre routine quotidienne, on en oublie l’essentiel ; se nourrir correctement.
Je pense qu’il s’agit surtout d’une question d’organisation. Et organisation tu auras, produits bruts tu cuisineras !

Lorsque l’on devient végéta*ien (ou que l’on réduit simplement sa consommation de viande),  l’une des premières questions est « comment vais-je manger des steaks ? ».
De plus en plus de marques surfent sur la vague du végéta*isme, afin de proposer des steaks végétaux. Alors pourquoi pas, je ne suis pas là pour juger, ça peut dépanner, mais personnellement dès qu’il y a des ingrédients dans la composition qui ont des noms qui valent 500 points au scrabble, et qui sont imprononçables, next !

Prenons 3 exemples, de 3 marques qui vendent des steaks végétaux :

  • Le bon végétal de chez HERTA

Je vous laisse juger par vous-même, mais le fait qu’il y ai du sucre et de la purée de pomme… Je passe mon tour ! Notons que les poules sont élevées au sol et non en lévitation. #ironiebonjour

  • Le steak à la provençale de chez SOJASUN

C’est un peu mieux, mais il y a encore un mot compte triple au scrabble, et du sucre.

  • Le Croc Tofou à la provençale de chez SOY

Bon, là aussi, il y a du mieux, c’est même le moins pire des trois marques en terme de composition.

Mais tout ça pour dire que lorsque l’on consomme des produits transformés, bien souvent nous ne savons pas ce que nous mangeons.
Si vous regardez ma recette de steaks, vous verrez que ce n’est pas compliqué de les faire soi-même 😉

STEAKS DE CHAMPIGNONS

D’accord, mais on se prépare quoi ? 

On peut donc préparer des steaks aux champignons, des veloutés de légumes, ou encore de la purée, ou bien même des plats avec du riz, des pâtes et des légumes.
Le tout est d’en faire une grande quantité suffisante, afin de les répartir dans des contenants, que l’on mettra au congélateur ou frigo si consommé dans les jours qui suivent.

Pour ce qui est des soupes, on les mettra au congélateur, ça dépanne toujours. Pour les autres plats, on les met au frigo, et c’est parfait pour ses déjeuners de la semaine.
Cette façon de faire est très largement répandue aux États-unis et au Canada, et c’est d’ailleurs lorsque je vivais au Canada que j’ai commencé à m’y mettre.

Je reviens un instant sur les soupes, si vous n’avez pas l’envie de la préparer de suite, vous pouvez tout simplement éplucher et découper vos légumes, et les mettre dans des sacs congélation (qu’on lave et qu’on réutilise hein ! On ne les jette pas !). Comme ça le soir où vous rentrez tard, que vous êtes fatigué, que le frigo fait de l’écho, il suffit de mettre vos légumes congelés dans une marmite avec de l’eau bouillante, quelques épices, et vous avez gagné du temps sur la partie épluchage/découpage !

VELOUTÉ DE LÉGUMES AU BEURRE DE CACAHUÈTE

On achète ses produits, de préférence bio, locaux et de saison, et on se cale un jour pour tout préparer, ça vous demandera peut-être 2h ou 3h de temps, qui peut paraître énorme ou pas grand-chose, selon sa vision, mais c’est un gros gain de temps dans votre semaine à venir. Je ne vous apprends rien en vous disant que le dimanche est le jour idéal pour faire cela ! Et vous voilà parti pour une grosse séance d’épluchage et de découpe de légumes, (qui peut être un moment ludique si vous avez des enfants)

Cuisiner des produits bruts, c’est aussi se préparer des desserts, comme de la compote. La compote, ce n’est ni plus ni moins que des fruits et de l’eau. Pomme, poire, banane, selon vos envies. Je vous partagerais bientôt une recette d’ailleurs.
Là aussi, on s’en prépare une grosse quantité, et on la répartit dans des pots en verre, ce format individuel vous permet de pouvoir emmener votre dessert au travail, et vous pouvez même pimper votre compote avec un peu de yaourt végétal.

Prenons un autre exemple de produit brut qui se prépare rapidement. On rentre d’une grosse journée de boulot, et on a faim. Il est trop tard pour le goûter, mais trop tôt pour dîner.
Qu’est-ce qu’on fait en général ? Beaucoup de gens ont chez eux, ce petit placard de la « tentation », tu sais celui, où, il y a tout un tas de trucs plus industriels les uns que les autres, chips, gâteaux apéritifs etc… Et on se jette dessus en se plaignant de sa collègue Micheline et de son boss qui n’est jamais content.
Ça ne serait pas plus sain et meilleur de se faire à la place, une petite tartine de radis, ou bien de se faire du houmous. Ce genre de préparation se conserve très bien une grosse semaine au frigo, est très rapide à préparer d’avance, et est une excuse toute trouvée pour manger du pain !

TARTINADE DE RADIS

Vous l’aurez compris, cuisiner des produits bruts, ce n’est pas très compliqué. Il suffit juste de s’organiser un minimum, et il devient très simple d’intégrer ça à son quotidien.
Et pour éviter de tomber dans le piège des produits transformés, on prépare une quantité d’avance, que l’on conserve au congélateur.

Par ailleurs, et paradoxalement, c’est aussi ne cuisiner que la quantité nécessaire. Mettons qu’un supermarché fasse une promo sur des grands pots de compote, du type 1 acheté = 2 gratuits. As-tu réellement besoin de 3 pots de compote ?
Alors, oui ça se garde longtemps (vu que c’est rempli de conservateurs), mais au final après avoir mangé un pot, ta « passion compote » sera partie, tes enfants en seront écoeurés à vie, et non seulement cela va faire du gaspillage alimentaire, parce que tu auras entamé le deuxième pot, qu’il va rester au frigo durant des lustres, finir par moisir et atterrir à la poubelle…Mais tu auras aussi gaspillé ton argent !

Vous l’aurez donc compris, cuisiner avec des produits bruts, ce n’est pas très compliqué, et ne nécessite pas un haut niveau de cuisine. Cela demande juste un minimum d’organisation, qui fera gagner beaucoup de temps sur ses prochains repas, et qui bien évidemment permettra de savoir ce que l’on mange !

Et vous, cuisinez-vous des produits bruts ? Avez-vous envie de vous y mettre ? Je vous attends en commentaires pour en discuter ! 

Vous aimerez peut-être...

2 Commentaires

  • Reply Hej, Mercredi ! 28 novembre 2018 at 20 h 36 min

    Top cet article, et bien complet !
    Avec notre mini frigo et pas de congélateur c’est plus compliqué pour nous de faire du meal prep, mais on essaye au moins de faire pour 2 repas à chaque fois. On achète quelques trucs tous prêts mais ça reste occasionnel pour les jours de grande flemme !

    • Reply Dame Calli 29 novembre 2018 at 10 h 14 min

      Merci pour ton retour, contente que l’article te plaise 🙂
      Effectivement lorsque l’on manque de place, ça peut être un poil compliqué, mais bravo pour l’effort !

    Laissez un Commentaire